• Débat sur l'Intergénérationnel
  • Notre compte-rendu
  • Article du Courrier de Gironde

Intergénérationnel du 18-02-15.jpg

L’intergénérationnel

Socle d’une solidarité citoyenne de proximité au service de tous.

Rodolphe.jpg

Madame Congé         -         Monsieur Karam         -         Monsieur Descamps

Il y avait beaucoup de monde ce mercredi 18 février, pour participer au débat sur l’intergénérationnel.

Il faut dire que le thème et les intervenants promettaient des échanges très intéressants.

Les trois intervenants de la soirée, sont des personnalités connues et reconnues dans le secteur des maisons de retraite et des projets associatifs multigénérationnels.

Ainsi, notre association "Imaginons Gradignan", a eu le plaisir de recevoir pour ce 2ème débat en partenariat avec l’association "Le Café Economique de Pessac" :

  • Madame Congé, directrice d’un EHPAD
  • Monsieur Descamps, maître de conférence associé en communication – IUT Bordeaux 3
  • Monsieur Karam, ancien directeur d’une maison de retraite.

L’intitulé exact de ce débat était :

L’intergénérationnel : socle d’une solidarité citoyenne de proximité au service de tous.

Un thème pour lequel nous nous sentons tous concernés.

Une formulation utilisée par Rodolphe Karam doit retenir notre attention et nous permettre de porter plus loin notre réflexion :

« RER » : « Regard –  Echange - Rencontre »

Cela a constitué le socle de tous les projets qu’il a pu développer avec ses anciens collègues et amis venus nombreux également ce soir là pour témoigner à ses côtés de la force de toutes les initiatives qu’il a pu impulser.

Pour Rodolphe Karam il faut orchestrer l’échange, développer les initiatives pour faire se rencontrer des personnes malades, des personnes âgées, des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer, des personnes handicapées…avec toutes les autres personnes de la société et vivant en proximité de ces lieux de retraite et/ou de soins.

Alors orchestrer l’échange, cela suppose des idées novatrices et une personnalité qui emporte l’adhésion et déclenche l’enthousiasme de son personnel et qui associe pleinement les bénévoles du monde associatif.

Les projets paraissent simples car tellement humains, mais rien n’est simple en réalité à développer dans un monde occidental où chaque univers obéit à ses propres règles, à ses propres codes et à ses propres réglementations. Alors il faut idées et énergie de toute une équipe pour surpasser les blocages et les clivages.

Pour Rodolphe Karam, les projets initiés avec les associations de quartier pour faire vivre les échanges avec les maisons de retraite peuvent reposer sur le principe du « troc social ».

Ces nombreuses idées, il les a aussi initiées au regard de la vie des quartiers d’autrefois où les personnes âgées assises devant leur maison échangeaient avec les autres habitants du quartier. Cette dimension qui peut exister dans d’autres pays où les enfants après l’école viennent faire leurs devoirs dans la maison de retraite du quartier, nouant des liens privilégiés avec les anciens. Dans d’autres pays, c’est un devoir civique que de venir soigner les aînés.

Madame Congé témoigne aussi pour sa part de l’importance de l’intergénérationnel pour changer l’image de la vieillesse et développe elle aussi dans l’EHPAD dont elle est la directrice, des projets artistiques faisant entrer « le monde extérieur » à l’intérieur des murs de la maison de retraite. Cette envie de projets multigénérationnels elle la doit à Rodolphe Karam aux côtés de qui elle a débuté sa carrière actuelle.

Monsieur Descamps, précise en effet pour sa part, que tous les projets qui sont cités ce soir et d’autres encore, ont pu être développés grâce au charisme de Rodolphe Karam et à son art du management qui valorise tout le personnel. Pour Jean-Pierre Descamps cette pratique se différencie de ce qu’il qualifie de vision « tayloriste » d’un établissement.

Alors il explique que permettre l’intergénérationnel à partir d’une maison de retraite c’est créer l’ouverture, toutes les ouvertures sur l’extérieur avec les associations du quartier mais aussi favoriser les rencontres avec les jeunes du collège voisin par exemple. Et tout naturellement, chacun prend sa place par rapport à l’autre, le jeune par rapport à l’aîné et inversement : de la sagesse d’un côté, de la vie de l’autre.

Pour conclure, il insiste sur la question du « prendre soin » qui est nécessaire au soin et donc fait partie du soin.

Les intervenants auraient pu encore longtemps continuer à échanger avec les personnes du public, en illustrant encore et encore leurs propos par telle ou telle initiative qu’ils ont pu ensemble ou séparément mettre en œuvre.

Pour conclure, retenons encore ces propos : « il faut savoir prendre des risques par rapport à l’autre pour faire changer les regards. Ne pas avoir peur de faire des choses c’est possible et nécessaire. Il faut faire le pas de la liberté et de l’innovation ».

L’intergénérationnel, enjeu majeur de notre société pour les années à venir, nous en avons tous davantage conscience après ce débat et ces échanges avec nos intervenants.

Rappelons à nouveau, cette belle et riche formule, celle de Rodolphe Karam :

« RER » : « Regard – Echange – Rencontre

Merci à vous Madame Congé, Monsieur Descamps et Monsieur Karam pour avoir témoigné et nous avoir montré que c’est possible. Merci pour cette soirée.

[Quelques photos]

Intergenerationnel-Courier de Gironde.jpg


Date de création : 25/02/2015 21:13
Dernière modification : 07/03/2015 14:24
Catégorie : Débats du café économique. -
Page lue 1869 fois
  Suivant